detox-numerique
High-tech

Il est temps de mettre en place d’un détox numérique : 8 façons simples de réduire le temps d’écran

Vous débarrassez régulièrement votre maison des objets indésirables, mais à quand remonte la dernière fois que vous avez fait l’inventaire du contenu de votre smartphone ? Une écrivaine purge ses applications pour tenter de réduire son temps d’écran quotidien.

Alors que je suis assis sur mon pupitre, en train de taper sur mon ordinateur portable, mon téléphone n’est pas à portée de main. En fait, il est actuellement en mode avion et il est planqué dans ma table de nuit pour un avenir prévisible. Vous voyez, j’apprends à maîtriser l’art du minimalisme numérique, un terme popularisé par Cal Newport, auteur et professeur associé d’informatique à l’université de Georgetown.

Vous devez désencombrer numériquement pour y parvenir – pour devenir le genre de personne qui peut s’éloigner de son téléphone sans, disons, s’inquiéter que tout le monde partage des mèmes sans vous. “Le processus vous permet de vous concentrer sur quelques comportements en ligne qui vous rendent beaucoup de valeur, tout en passant joyeusement à côté de tout le reste”, explique M. Newport.

Armé du désir de passer plus de temps loin de mon acolyte de verre et d’aluminium – et beaucoup moins de temps à faire défiler Instagram – j’ai essayé le désencombrement numérique. Voici comment vous aussi, vous pouvez y arriver.

N’appelez pas cela une désintoxication.

Le terme “désintoxication” – comme “nettoyage au jus” – implique que c’est une pause rapide. “Mais faire une pause dans la technologie pour y revenir plus tard n’aide en rien à long terme”, déclare Newport.

Il préfère le “désencombrement numérique”, qui consiste à retirer en même temps les nombreuses applications distrayantes d’un téléphone ou d’une tablette. “Une fois que vous avez tout enlevé, après réflexion, vous pouvez ajouter les applications qui comptent vraiment”. En gros, c’est comme le programme Whole30 pour votre téléphone, l’approche Marie Kondo de la vie en ligne.

Confrontez vos données quotidiennes.

Comme vous peut-être, je reçois chaque dimanche une notification “push” qui me dit exactement combien de temps j’ai passé à regarder mon écran. Avant mon désencombrement, ce chiffre tournait autour de 3,5 heures par jour, pour un total d’environ 24 heures par semaine. Cela signifie que chaque semaine, sans faute, je consacrais sans réfléchir une journée entière à mon téléphone.

Que ce temps soit consacré à écumer les titres des journaux, à rafraîchir mon fil Instagram ou à envoyer des recettes par SMS à mon père n’avait aucune importance – cela suffisait à me convaincre de changer définitivement mes habitudes de consommation.

Vérifiez vos applications.

Bien sûr, le désencombrement numérique s’applique à votre téléphone, mais il est également utile pour les traqueurs de fitness, les appareils domestiques intelligents, les tablettes et les ordinateurs portables. Newport suggère d’examiner minutieusement tout outil numérique qui réclame votre temps et votre attention en dehors du travail.

(L’expression “en dehors du travail” est ici essentielle : Vous ne pouvez minimiser vos applications professionnelles que jusqu’à un certain point, avant que le patron ne commence à se demander pourquoi vous l’hébergez sur Slack et dans ses e-mails). En fait, Newport va même jusqu’à suggérer de se retirer temporairement de tous les médias sociaux, des vidéos en streaming, des actualités en ligne et des jeux numériques.

Il vous serait même bénéfique de vous reconnecter à la messagerie texte. Si ce processus semble intense, c’est qu’il l’est. Le but, après tout, est de minimiser les distractions numériques de faible qualité en échange d’une vie bien vécue.

Restez à l’écart pendant 30 jours.

La clé du désencombrement numérique ne consiste pas seulement à se débarrasser des applications, des services et des distractions, mais aussi à s’engager à rester à l’écart pendant un mois. Mon travail d’éditeur de mode de vie m’oblige à être à l’affût des tendances quotidiennes, et il est vrai que je n’ai pas pu me déconnecter complètement d’Internet pendant un mois entier.

Mais j’ai fait mes adieux à mes applications préférées (Instagram et Facebook !) et j’ai réduit les échanges de texte pendant deux semaines entières. Au début, l’interruption des médias sociaux et même de mon application de confiance Netflix m’a paru insupportable, mais une fois que j’ai accepté de me contenter de moins de technologie et de plus de socialisation dans le monde réel, le processus est devenu quelque peu cathartique.

Avais-je peur de manquer les fiançailles ou l’annonce de la naissance d’un ami ? Bien sûr. Mais en évitant les comportements en ligne qui demandent de l’attention, j’ai pu me réserver du temps pour vivre ma propre vie de manière plus intentionnelle, sans ressentir le besoin de vérifier (ou de cliquer) sur celle des autres.

Évitez le “coup d’œil rapide”.

La volonté seule ne suffit pas pour vous aider à naviguer dans les affres du désencombrement numérique. J’ai appris cette leçon le premier jour, lorsque je me suis retrouvée à fouiller mon sac à main à plusieurs reprises pour m’assurer simplement que mon téléphone était toujours là. L’impulsion urgente de vérifier mon appareil est arrivée au moindre signe d’ennui, et il s’avère que Newport a un nom pour ce sentiment : le regard rapide.

Il souligne que de nombreux sites web adaptés aux téléphones portables ont été optimisés pour fournir une dose de données immédiate et satisfaisante, ce qui explique pourquoi nous vérifions constamment pour nous assurer que nous n’avons pas manqué un texto, un tweet, une notification ou un appel.

Créer une certaine distance.

Newport appelle en ayant votre téléphone sur vous en permanence le “modèle du compagnon constant”. Pour rompre cette habitude, il suggère d’abord de faire plus de choses sans votre téléphone. Si possible, laissez-le à la maison la prochaine fois que vous irez faire des courses ou promener le chien. “Il est surprenant de constater la différence que peuvent apporter des doses régulières de liberté téléphonique, même si ces doses sont faibles”, dit-il.

Ensuite, lorsque vous êtes chez vous, laissez votre appareil près de la porte d’entrée – traitez-le comme un vieux téléphone domestique. (Vous vous souvenez, le truc avec la corde frisée ou l’antenne rétractable ?) “Si vous craignez de manquer un appel important, mettez la sonnerie à fond. Si vous voulez chercher quelque chose ou vérifier des SMS, faites-le dans votre foyer”, dit-il. En gros, vous n’êtes pas censé vous blottir, vous blottir ou vous familiariser avec votre téléphone (réservez ces comportements aux êtres humains qui vous sont chers !).

Cette méthode simple vous aidera à transformer votre relation avec la technologie à la maison.

Repensez votre temps libre.

Pendant la période de désencombrement, réfléchissez aux activités qui vous importent vraiment. L’intégration de passe-temps quotidiens, comme l’exercice, la lecture ou la réalisation de projets créatifs, mène à une vie de loisirs de qualité qui vous comble au fil du temps, explique M. Newport. Si vous craignez de ne pas avoir le cran de vous lancer dans un désencombrement numérique, commencez à faire ces choses avant de faire la pause. ”

Laissez (un peu) la technologie revenir.

Pour moi, il ne faisait aucun doute qu’un désencombrement numérique a changé mon quotidien. Mais la rupture technologique a pris fin, après 30 jours, et je me suis alors reconnecté très soigneusement. “Ne réintégrez que les applications qui amplifient ou prennent en charge directement les choses qui vous tiennent vraiment à cœur”, dit Newport. “L’intention est tout ce qui compte”.

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *